Le moustique tigre est originaire d’Asie du Sud-Est et est aujourd’hui implanté dans plus de 100 pays dans les 5 continents. C’est l’une des espèces les plus invasives de part sa faculté à s’adapter à son environnement, même lors des hivers froids. Le moustique tigre peut transmettre à l’homme des virus (de la dengue, du chikungunya ou du Zika) et fait l’objet d’une surveillance renforcée.

Comment reconnaître le moustique tigre

Le moustique tigre peut être difficile à repérer de part sa toute petite taille : il mesure moins de 0,5 centimètres. On le reconnaît toutefois à ses rayures blanches et noires sur le corps et les pattes, et à une ligne blanche le long de son thorax. Il est silencieux et pique le jour (le matin et le soir) contrairement aux autres moustiques qui piquent la nuit et sont plutôt bruyants.

Le moustique tigre peut transmettre des virus, des bactéries ou des parasites s’il est lui-même infecté (en prélevant son repas sanguin sur un humain ou animal infecté). Il se développe dans des environnements péri-urbains et dans les zones urbaines. Il pond ses oeufs dans les récipients et réservoirs d’eau. Le moustique tigre vit à l’extérieur, et ne rentre dans les maisons que pour piquer.

Comment lutter contre le moustique tigre ?

Plusieurs actions permettent de lutter contre le moustique tigre. En remplaçant régulièrement l’eau de ses coupelles (pots de fleurs, vases…) ou en les recouvrant de moustiquaires, cela permet de détruire les lieux de ponte. Entretenir son jardin, élaguer et débroussailler permet de limiter les lieux où le moustique tigre se repose. Enfin, les animaux insectivores sont des prédateurs du moustique tigre : favoriser le développement des oiseaux, des chauve-souris et des libellules est donc un moyen de lutter contre le moustique tigre.