Comment trouver des alternatives aux pesticides?

Du 20 au 30 mars c’est la semaine des alternatives aux pesticides ! Le saviez-vous ? La France consomme en moyenne 62000 tonnes de pesticides par an. En effet, ces derniers sont très utilisés dans les parcs, les jardins, dans l’agriculture et même à la maison pour lutter contre les organismes nuisibles tels que les insectes, les champignons. C’est l’occasion pour nous, de vous donner quelques solutions pour réduire l’impact des pesticides dans la nature.

Les alternatives en Agriculture

Optez pour la production intégrée

La production intégrée est préventive. Elle a pour but de replacer l’agronomie au cœur de l’agriculture en prenant en compte tous les éléments (Hommes-milieux-environnement) pour améliorer les techniques de production et protéger l’environnement. Elle est basée sur plusieurs leviers parmi lesquels nous pouvons citer :

  • Les moyens culturaux (effets de pratiques au champ, rotations longues, semis moins dense, plus tardif) qui visent une action préventive.
  • Les moyens génétiques disponibles (espèces et variétés tolérantes ou résistantes)
  • Les moyens de lutte comme le biocontrôle et la lutte physique (travail du sol ou désherbage mécanique par exemple).

L’agriculture biologique

Pour favoriser la biodiversité et la fertilité des sols, opter pour une production agricole respectueuse de l’environnement s’avère être l’un des meilleurs moyens. Adopter une agriculture biologique, c’est exclure tout produit chimique et OGM dans sa production. Les règles de l’AB sont clairement définies dans le règlement européen n 834/2007. Nous pouvons citer entre autres les règles suivantes :

  • Fertiliser les sols avec des matières organiques (fumiers, engrais verts, composts…) éventuellement complétée par des engrais minéraux naturels (phosphates, poudres de roche, calcium issu de marnes),
  • Les engrais chimiques solubles sont interdits,
  • La couverture du sol (protection contre le dessèchement et rétention de l’humidité).

Les alternatives pour les collectivités

Depuis janvier 2017, les collectivités n’ont plus le droit d’utiliser les pesticides de synthèse dans la gestion des espaces publics. Par ailleurs, pour une bonne gestion biologique des espaces verts, il faut un engagement collectif. Cela passe par une sensibilisation des différents partis notamment les populations, les élus et les gestionnaires. De plus, pour arriver au zéro pesticide, il est nécessaire de :

  • Pratiquer le désherbage non chimique tel que le désherbage manuel à l’aide d’une binette ou de sarcloirs ou le désherbage électrique à brosses rotatives
  • Réaménager les espaces grâce à des paillages du sol, l’augmentation de la hauteur de tontes, la réalisation d’une fauche tardive ou encore le choix d’espèces locales sauvages et adaptées à l’environnement sont autant de moyens de limiter le désherbage.

Pensez aux ruches !

Vous avez la volonté de réimplanter la nature dans votre ville. Sachez qu’installer une ruche favorise le maintien de la biodiversité locale existante, et  valorise les espaces peu ou pas utilisés. Contactez notre équipe pour plus d’informations !

Accroître la biodiversité : Végétaliser les sites d’accueil pour les abeilles

L’environnement dans lequel évoluent les abeilles est primordial pour leur survie car elles se nourrissent principalement du nectar et du pollen présents dans les fleurs. Face à l’urbanisation des villes, comment mettre à disposition des abeilles des ressources naturelles afin de maintenir leur équilibre ?

Développer des espaces attractifs pour les abeilles et les insectes pollinisateurs

Le maintien et le renforcement de la diversité végétale (arbres, arbustes, plantes annuelles, etc.) sont  essentiels à la santé des abeilles et autres pollinisateurs. Aujourd’hui, nous notons une réduction des ressources disponibles due à l’uniformisation des paysages.

De ce fait, il faut protéger et développer des zones fleuries, avec des espèces attrayantes pour les abeilles. Par exemple elles peuvent êtres créées au niveau des zones agricoles (cultures, bandes herbeuses, jachères), des jardins privés/publics, des toitures végétalisées, le long des routes, des zones industrielles et commerciales pour améliorer les conditions de vie des abeilles.

D’autres actions peuvent être mise en place pour améliorer la biodiversité comme :

  • Installer des nichoirs et des gîtes pour favoriser la nidification de nombreuses espèces d’oiseaux,
  • Créer des marres dont le remplissage peut provenir des eaux pluviales ou être réalisées à l’aide d’une géomembrane imperméable
  • Installer un « hôtel » à insectes ou fabriquer des abris naturels adaptés aux insectes que l’on souhaite revoir s’installer: c’est une structure en bois sous forme de chalet qui permet aux insectes de s’abriter. Cette dernière agit sur la biodiversité et joue un rôle essentiel dans la pollinisation.

Listes des plantes attractives pour les abeilles

Les végétaux sont essentiels pour pérenniser la vie des abeilles, tout comme certaines plantes ont besoin d’insectes pollinisateurs pour se reproduire. Voici une liste non exhaustive de quelques végétaux mellifères à planter au bureau ou chez vous :

Arbres

  • Abricotier
  • Alisiers
  • Amandiers
  • Arbre de Judée
  • Aulne glutineux
  • Bouleau blanc
  • Catalpa

Arbustes

  • Abélia
  • Agrumes
  • Ajonc d’Europe
  • Thym
  • Lavande maritime
  • Lilas
  • Myrtilles
  • Kiwis

Bulbes

  • Ciboulette
  • Corydale à tubercule plein
  • Perce neige

Vous souhaitez installer une ruche et vous souhaitez les accueillir dans un espace stimulant la biodiversité et adapté à leurs besoins ? Faites appel à notre équipe pour réaliser le diagnostic nécessaire afin de valider l’accueil de ruches.

Le jour du dépassement : L’humanité a déjà épuisé les ressources naturelles de la terre

Cette année « le jour du dépassement » arrive encore plus tôt que les années précédentes : le 29 juillet 2019, l’humanité avait déjà consommé plus de ressources naturelles que la Terre n’est en capacité d’en produire en un an. A  partir de cette date, l’humanité vit « à crédit ». Aujourd’hui, il faudrait 1,75 Terre pour tenir le rythme de notre consommation actuelle de ressources.

Comment est calculé le jour du dépassement ?

La pression de l’activité sur terre est calculée à partir de la comparaison entre deux critères à savoir :

  • L’empreinte écologique de la population qui désigne les ressources naturelles dont l’humanité a besoin pour se nourrir et compenser les déchets qu’elle génère, y compris les gaz à effet de serre. En d’autres termes, cet indicateur mesure les surfaces alimentaires productives de terres et d’eau nécessaires pour produire les ressources qu’un individu, une population ou une activité consomme.
  • la biocapacité ou capacité biologique d’un territoire désigne sa capacité à produire des ressources naturelles renouvelables.

Ce calcul est réalisé par le Global Footprint Network à partir de données comme les terres cultivées et la consommation d’énergie.

Comment repousser le jour du dépassement ?

Pour repousser progressivement le Jour du dépassement, des solutions existent. D’après la WWF, réduire notre consommation de protéines animales nous permettrait de gagner 15 jours par an. Et réduire notre gaspillage alimentaire de moitié repousserait la date du jour du dépassement de 10 jours. De plus, protéger et régénérer les écosystèmes naturels dont dépend notre bien-être est essentiel pour vivre en équilibre avec la Terre.

Si vous souhaitez agir pour le développement durable de votre planète, la protection des abeilles est un excellent moyen de sauvegarder la biodiversité locale. Faites appel à notre équipe pour l’installation d’abeilles  dans votre entreprise  ou à votre domicile.